Nouveau: Comment
You are in:  Home > Nouveau: Popular Culture > Comment   •  Archives   •  send page to a friend
Headline Feed
Email to a friend
 

POINT DE VUE

LA PESTE : LE RACISME ET LES ELECTIONS SUISSES

 

Par Gilbert-Michel Rolle

NEW-YORK, 18 OCTO  BRE 2007— Lorsque j’étais étudiant en histoire à l’Université de Fribourg et que je cherchais un sujet pour mon mémoire de licence, j’émis le désir d’analyser le degré de l’infiltration nazie en Suisse durant les années de guerre, entre 1939 et 1945. Mal m’en prit ! Mon professeur me fit comprendre assez sèchement que les archives de Berne sur cette période ne faisaient pas encore partie du domaine public et que je ferais mieux de choisir un autre sujet…

D’autres ont par la suite pu accéder à ces documents sulfureux. L’affaire des Fonds juifs a jeté une lumière assez crue sur cette période d’ombre, d’or et de sang où les organisations d’extrême droite, encore souterraines, étaient prêtes à prendre le pouvoir le jour où Hitler envahirait la Suisse. Mais le Führer disparut dans son bunker…

L’ascension du racisme, qui pollue aujourd’hui la Suisse de la Limmat au bleu Léman, inquiète cependant. Des eaux brunâtres et nauséabondes ont infiltré, goutte à goutte, la nappe phréatique helvétique. La santé morale du pays et son prestige international se dégradent un peu plus à chaque élection. Si l’on en croit les observateurs attentifs, la décomposition du corps électoral aurait déjà commencé. Les premières taches brunes se seraient tout d’abord développées sur quelques membres isolés des forces de police, qui, sous couvert de l’uniforme, pouvaient cacher leurs chancres et assouvir en toute impunité leurs instincts les plus sadiques contre l’Autre, l’Etranger. A défaut d’un docteur pour la nation, ils pouvaient compter sur le soutien tacite d’un centre mou et d’une droite de plus en plus vociférante. Cette dernière ajoutera bientôt ses aboiements à la meute d’un milliardaire xénophobe au pédigrée douteux, qui dévora Mein Kampf avant de déchirer la Suisse.

Puis ce fut la contagion d’une toux haineuse qui affecta un autre segment de la population : certains rentiers, retraités et autres pensionnés de l’Etat se couvrirent de pustules et commencèrent à trembloter de rage à l’énoncé du mot "Etranger". D’où venait-elle, cette ombre inquiétante balayant les petites rues de leurs petites villes aux menus égouts ? La question fut vite tranchée dans leur cerveau en retraite. L’Autre, l’Etranger, faisait partie de cette horde barbare venu d’ailleurs pour profiter de leurs privilèges. Et les privilèges, par définition, ça ne se partage pas !

C’est ainsi que la peste accomplit sa plus grande métamorphose, politique celle-là : désertant la gauche qui se battit courageusement pendant des décennies pour instaurer les assurances vieillesse et invalidité dont ils bénéficient aujourd’hui, de nombreux rentiers se ruèrent vers l’extrême droite avec l’allant et le fanatisme d’un suicide collectif.

Réalisèrent-ils que lorsque le parti populiste suisse UDC [Union démocratique du centre] aura assis son pouvoir sur le trône du racisme et des peurs ataviques, elle s’attaquera aux bénéfices sociaux dont tant de pensionnés dépendent ? La peste xénophobe aura alors triomphé. Dame Helvétie n’aura plus besoin de verrouiller ses frontières ; vieillie et défigurée, elle n’intéressera plus personne !

Prochaines élections fédérales: le 21 octobre 2007

Gilbert-Michel Rolle est un chanteur lyrique suisse romand établi à New-York. Après avoir étudié à St Michel, un collège jesuite, iI a également obtenu une licence en histoire contemporaine et litterature française à l'Université de Fribourg, ainsi qu' un diplôme d'étude approfondie à la Sorbonne. Il posssède la nationalité suisse et américaine. M. Rolle vient de sortir un CD intitulé "Voyage Musical".  Le site internet du tenor suisse-américain : www.gilbertrolle.com

Archives Culturekiosque liés

Le Web Français S'empare de la Campagne Présidentielle

Days of Glory: Valor, Racism and the Ingratitude of the French Republic (en anglais)

Art Volé Nazi

Liens externes:

Un quart des Allemands trouvent des bons côtés au nazisme (Agence France-Presse, 17 Octobre 2007)



[ Feedback | Home ]

If you value this page, please send it to a friend.

Copyright © 2005 Euromedia Group, Ltd. All Rights Reserved.